Portrait : Pierre Fauchoix, le mal nommé.

Pierre Fauchoix, « chef » du labo 3 Brasseurs au siège de Villeneuve d’Ascq (59).

Fauchoix. Un nom qui devait prédestiner Pierre à une carrière professionnel sinon difficile, du moins chaotique. C’est tout l’inverse qui s’est produit ! Ses choix, Pierre les a fait vite et bien. « J’ai toujours été un scientifique, et je me suis intéressé à la bière dès la classe de Seconde », raconte le « patron » du Labo des 3 Brasseurs, au siège de Villeneuve d’Ascq (59). Mais là où les lycéens ordinaires s’intéressent à la bière les vendredi et samedi soir, Pierre, très vite, se passionne pour autre chose : le process. Ses visites au FIBA (Festival International de la Bière artisanale) de Sainte-Marie-Cappel (59), où ses parents l’emmènent, le confortent dans sa vocation naissante. A 17 ans, il achète… son premier kit de brassage !

Quelques mois plus tard, le bac – « S » évidemment – en poche, vient l’heure du vrai choix : ce sera brasseur. « J’étais plutôt bon élève, et cette décision a été plutôt mal vue par mes professeurs », se souvient-il. Il faut dire qu’à l’époque, la bière ne connaît pas le succès actuel. Et les formations brassicoles sont rares, sinon inexistantes. Aussi, Pierre choisit-il une voie médiane : une « prépa » bio, qui lui ouvrira les portes de l’Institut agroalimentaire de Lille (aujourd’hui Polytech’Lille). Mais là, toujours pas de formation bière à proprement parler. Qu’à cela ne tienne, Pierre s’inscrira dans une association étudiante qui proposait de… brasser de la bière. Enfin !

Un ancien… de 38 ans

Ses stages, Pierre les fait tout naturellement en brasserie : l’Iceni Brewery dans le Norfolk (RU) notamment, durant 2 mois, qui marqueront l’esprit du jeune apprenti brasseur. Son diplôme en poche, Pierre se perd deux mois dans une sandwicherie de banlieue parisienne, avant d’entrer, déjà… aux 3 Brasseurs. Il a alors 24 ans. Laborantin durant douze mois, il embrasse l’année suivante son premier poste de brasseur, au restaurant de Petite-Forêt (59). La consécration ? « Non ! Je suis plus exigeant que ça », sourit l’intéressé. Cette exigence, elle le conduira à un poste de contrôle et d’assistance aux brasseurs de l’enseigne sur toute la France, qu’il occupera pendant 3 ans.

Cette progression sans accroc sera tout juste freinée par la pose de deux prothèses de hanche, qui tiendra Pierre loin des brassins pendant 5 mois. Mais à son retour, une réorganisation en interne a laissé vacante une place au labo : banco ! Pierre le prend en charge, avec pour missions de l’organiser, de le faire grandir, de créer des recettes… « Ce qui me plaisait, et ce qui me plaît toujours, c’est la polyvalence : analyses bactériologiques, salons, gestion d’équipe… énumère Pierre. Et avec le prochain déménagement du siège, il faut construire le labo de demain. C’est passionnant ! »

A seulement 38 ans, Pierre Fauchoix fait donc déjà partie des meubles aux 3 Brasseurs, avec 14 ans d’ancienneté. Une chance pour l’enseigne que Pierre n’ait pas fait son métier d’une autre passion, elle aussi née à l’adolescence : le Trombone à coulisse ! Pourquoi ? « Je trouve que ça sonne bien, cela rappelle aussi de nombreuses musiques de film, explique Pierre. Et puis, j’aime le son des cuivres. » Le cuivre, toujours…

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT