De la chope aux champs

Il est de plus en plus répandu de faire sa propre bière. Au cours des dernières années, les consommateurs sont devenus des amateurs, et les amateurs des professionnels. Pour se différencier et ajouter une touche particulière à ses productions, il est aujourd’hui possible de cultiver ses propres ingrédients. Le plus simple, pour les brasseurs à la main verte… est de faire pousser son propre houblon.

Une saison pour passer de brasseur à houblonnier.

Le houblon est beaucoup plus simple à faire pousser qu’on ne le croit. Il est vrai que les houblonnières sont des enchevêtrements de poteaux de bois gigantesques et de câbles d’aciers tendus semblables aux œuvres d’architecture moderne. Mais laissons ça aux pros ! Le houblon est une plante grimpante, qui peut aisément s’épanouir sur un grillage ou dans une haie. Cependant, pour faciliter la récolte, il est conseillé de faire grimper la liane le long d’un fil.

Un plant se compose d’un système racinaire et de la partie végétale. Il est important de choyer les racines, qui peuvent être replantées tout au long de l’année. Cette plante vivace croît dès le mois de mars sous forme de lianes de plusieurs mètres de long. La croissance est rapide, plusieurs dizaines de centimètres par jour au printemps, s’enroulant de façon frénétique autour de n’importe quel support.

Une fois la liane constituée, elle se densifie et finit par fleurir pour produire les cônes. Ceux-ci contiennent les substances utiles à la fabrication de la bière et pourront être récoltés dès le mois de septembre.

Le houblon pousse partout, les pieds dans l’eau, la tête au soleil.

Il est possible de faire pousser du houblon partout, à condition de bien sélectionner sa variété. Il est commun d’en trouver du sauvage lors de promenades en campagne, dans les endroits suffisamment humides. Ces variétés « sauvages » sont souvent issues de la dissémination de plants décoratifs vendus en jardinerie… avis aux amateurs près à brasser une Wild Hop !

Afin de connaitre les variétés replantées et de limiter leur sensibilité aux maladies, il est préférable de se fournir chez un houblonnier professionnel ou un brasseur avisé. Dans de bonnes conditions, le houblon est productif dès la première saison. Il atteindra sa maturité au bout de la troisième année et restera productif durant les 20 prochaines… alors, planter du houblon vous engage et il doit être brassé !

Il existe aujourd’hui 250 variétés commerciales. Pour autant, certaines sont protégées car issues de programmes privés de développement et ne peuvent être cultivées que par les professionnels agréés (Amarillo, Citra, Simcoe, Mosaïc, Nelson Sauvin ou Eldorado.)

De l’or vert a porté de main.

On peut s’attendre à obtenir 500g de cônes produits par pied, à raison d’un houblonnage moyen à 5g/litre de bière… c’est pas moins de 300 bouteilles de 33cl par plante !

Ces dernières années, la rencontre de l’écologie et de l’autoproduction a propulsé la culture du houblon. Il est possible de se faire livrer chez soi des plants certifiés en quelques jours, prêts à être replantés. Rendez-vous sur le site de Hopstock par exemple pour faire naitre le houblonnier qui sommeille en vous.

Soulignons aussi le projet porté par la brasserie du Moulin d’Ascq, à Villeneuve d’Ascq (59), « du houblon dans votre jardin » qui offre des pieds de houblon à cultiver chez soi, et dont la récolte permettra la fabrication d’un brassin partagé et produit avec les houblons de chacun lors de la fête du houblon en septembre.

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT